N'est disponible que dans le E-Bulletin
07.06.2011

Allemagne: arrêt progressif des centrales nucléaires d'ici à 2022

C'est lors d'un entretien avec la chancelière allemande Angela Merkel que les ministres-présidents des länder se sont mis d'accord sur une sortie progressive de l'énergie nucléaire. Contrairement à ce qui avait été prévu, les neuf centrales les plus récentes ne seront pas découplées d'un seul coup du réseau en 2021 et en 2022: une date concrète sera fixée pour chacune d'elles. Le Cabinet allemand a adopté les projets de loi correspondants le 6 juin 2011.

Les tranches nucléaires allemandes seront successivement découplées du réseau en fonction des quantités d'électricité maximales qu'elles peuvent encore produire jusqu'à la date de leur mise à l'arrêt. Les autorités fédérales et celles des länder se sont mises d'accord sur ce point le 3 juin 2011. Merkel a confirmé que «cela tirerait les choses au clair et ne laisserait aucune place aux échappatoires».

De par l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur l'énergie nucléaire, les sept tranches déjà découplées dans le cadre du moratoire seront arrêtées en un premier temps: Biblis A, Neckarwestheim 1, Biblis B, Brunsbüttel, Isar 1, Unterweser, Philippsburg 1. S'y ajoute la centrale nucléaire de Krümmel, déjà à l'arrêt au moment du moratoire. Suivront la mise hors service – à la fin d'une année tour à tour – de Grafenrheinfeld (2015), de Gundremmingen-B (2017), de Philippsburg 2 (2019), de Grohnde, de Gundremmingen C et de Brokdorf (2021) et, pour finir, d'Isar 2, d'Emsland et de Neckarwestheim 2 (2022). Un transfert des quantités d'électricité produites reste possible.

Réserve en vue de la stabilité du réseau

Afin d'éviter les pannes d'électricité au cours des deux hivers à venir, des centrales conventionnelles – au gaz ou au charbon – devront si possible servir de capacités de réserve. On ne sait pas encore si ce sera possible, s'est inquiétée Merkel. Cela vaut surtout pour la partie méridionale du pays. «Personne ne souhaite un black-out en Allemagne», a souligné la chancelière lors de la conférence de presse. Nous serions cependant tous heureux de pouvoir nous passer de l'une des sept tranches nucléaires arrêtées. Le gouvernement allemand chargera la Bundesnetzagentur de formuler une proposition à ce sujet d'ici au 1[sup]er[/sup] septembre.

Stockage des déchets radioactifs

La poursuite de la procédure de sélection pour un dépôt de stockage final a, elle aussi, suscité un écho favorable parmi les länder. Le gouvernement fédéral présentera d'ici la fin de l'année un projet de loi consacrant la décision prise par la commission de coalition le 29 mai 2011: en plus de l'exploration «placée sous le signe de la transparence» de Gorleben, une procédure sera lancée en vue d'établir les aptitudes géologiques et des solutions alternatives possibles pour l'évacuation des déchets.

La chancelière a par ailleurs convenu avec tous les ministres-présidents des länder que le Bundestag et le Bundesrat délibéreraient en parallèle du paquet énergétique du gouvernement fédéral. Cela permettra d'adopter encore en juillet les lois nécessaires.

Le Cabinet allemand a adopté le 6 juin 2011 le projet de loi modifiant la loi allemande sur l'énergie nucléaire et le projet de loi sur les énergies renouvelables. Peter Ramsauer, ministre fédéral des Transports, des Constructions et du Développement urbain, Philipp Rösler, ministre fédéral de l'Economie, et Norbert Röttgen, ministre fédéral de l'Environnement (de g. à dr.) ont expliqué les aspects clés lors de la conférence de presse qui a suivi.
Source: Thomas Trutschel/photothek.net
Source: 
M.A./P.V. d'après le gouvernement fédéral allemand, note accompagnant la conférence de presse du 3 juin, ainsi que des communiqués de presse des 3 et 6 juin 2011