04.03.2021

La Russie planifie le premier SMR terrestre

Le groupe étatique russe Rosatom et le gouvernement de la République autonome de Sakha (Yakoutie) ont signé un accord portant sur la fixation des tarifs de l’électricité dans le cadre du projet de construction d’un petit réacteur modulaire (Small Modular Reaktor, SMR) dans la région. 

Plusieurs sites sont en lice pour le premier SMR terrestre en Russie. Le projet pilote est actuellement mis en œuvre en Yakoutie, à l’est de la Russie. Le SMR sera équipé de deux réacteurs RITM et pourrait être mis en service avant 2028.

D’après Rosatom, la Yakoutie mettra à disposition un terrain pour le SMR. Le chantier s’étendra sur environ 6 hectares. Le SMR se fondera sur la technologie de réacteur russe RITM-200, déjà utilisée pour les brise-glaces atomiques. La puissance de l’installation s’établira à 50 MW et sa durée de vie sera de 60 ans minimum.

D'après Rosatom, le SMR en projet remplacera les installations au charbon et au diesel du raïon d’Ust-Yansky, et contribuera ainsi à éviter jusqu’à 10’000 tonnes d'émissions de CO2. L’installation permettra aussi d'approvisionner en électricité la mine d’or de Kioutchous. Le projet de construction permettra de créer jusqu’à 800 nouveaux emplois dans la région. Evgueni Pakermanov, président de Rusatom Overseas JSC, une filiale de Rosatom, a déclaré que les centrales nucléaires consommant peu d’électricité étaient avant tout destinées aux territoires retirés dans lesquels le réseau électrique est peu développé. «À Sakha, la mine d’or de Kioutchous est la plus importante mine inexploitée de Russie», a-t-il déclaré. Or il est impossible de transporter suffisamment de diesel jusque là-bas. La seule possibilité est donc de construire une petite centrale nucléaire.»

Image générée par ordinateur du SMR terrestre en projet.
Source: Rosatom
Source: 
M.A./C.B. d’'après un communiqué de presse de Rusatom Overseas du 25 décembre 2020, et NucNet du 2 mars 2021